Chronique The Naked Society

1518862 599307510117777 1323998327 o

 

Durant la courte introduction « Coming from the Black Forest », le souffle du vent, les cors, le fracas des épées et les hurlements de combattants nous font pénétrer dans l’univers du combo. Pas de doute, les intentions guerrières de la formation sont mises en avant. Faite de récits mythologiques et batailles épiques, cette épopée se fera sur fond d’un black death rappelant le scène scandinave des années 1990.

Au fil des quatre véritables titres, les rythmiques seront martiales. Parfois appuyées par des arrangements conférant à l’ensemble une dimension épique supplémentaire, on restera surtout sensible aux chœurs agrémentant certains morceaux (« Ouer Fona Rhin »). À l’évidence, l’ombre de Quorthon (Bathory) plane encore sur les formations contemporaines. « Freyja » sera plus lancinant et hypnotique. Un côté presque burzumesque (période Fallen) se dégagera de ce titre avant que le rythme ne s’emballe et ne laisse place à un premier solo. Si, grâce à un batteur qui tape fort, « 40 Years of War » est le titre le plus brutal et le plus court de l’EP (moins de trois minutes), l’ultime « Nibelungenlied » est l’un des morceaux les plus intéressants du disque. Les riffs acérés, les parties de blast et une voix sortie d’outre tombe côtoient des sonorités plus « traditionnelles » ou « folkloriques ». Introduite de manière grandiloquente, cette dernière chanson semble plus travaillée, est découpée en plusieurs parties (on appréciera l’accalmie apportée par les arpèges) et clôt ce voyage par deux minutes véritablement épiques. Durant ces derniers instants, l’association de voix claires, de mélodies emballantes et d’un rythme entraînant rend le final très réussi !

En somme, cet EP de Wergeld possède des qualités, ravira les nostalgiques de Bathory ou de Dissection. Cependant, à l’instar d’une introduction assez courte, du travail reste à fournir afin d’instaurer de réelles ambiances et d’immerger l’auditeur dans l’univers singulier de cette formation. Ainsi, un véritable album serait le bienvenu pour concrétiser les efforts et s’écarter de l’art des défunts géants de cette scène.

 

Retrouvez la chronique de The Naked Society : http://www.thenakedsociety.fr/wergeld-warriors-from-the-black-forest/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire